SOS canicule : stop à la densification des villes

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Avez-vous déjà constaté à quel point la différence entre la ville et ses abords est frappante en période de canicule. De quelques degrés à une dizaine la journée et plus encore le soir tombé, la température est radicalement différente. Et l'un des facteurs contribuant fortement au réchauffement des villes est leur (hyper) densification. Plus les constructions sont nombreuses, moins la végétation est présente, plus les îlots de chaleur deviennent difficilement supportables. Alors que la chaleur a envahi le pays, l'occasion est belle de nous interroger sur ce qu'il faut faire (ou non) pour que nos grandes villes retrouvent un peu de fraîcheur. Canicule et urbanisme, un vrai défi !

Qu'est-ce que la canicule ?

Chaque année, nous redoutons désormais cette vague de chaleur qui s'abat sur la France. Nous anticipons des nuits compliquées, des journées qui le sont encore davantage face à des températures qui affolent le thermomètre. Mais la canicule a une précise définition, bien différente de ce que l'on nomme simplement « les fortes chaleurs ».

Définition de la canicule

Pour qu’une période de canicule soit avérée, il faut qu’une vague de chaleur se produise pendant plusieurs jours mais également plusieurs nuits. En fonction des pays, les températures dites caniculaires peuvent varier. En France et plus largement en Europe de l’Ouest, on considère que la canicule est là lorsqu’il y a plus de trois jours de températures supérieures à 33°C la journée et supérieures à 20°C la nuit.


En France métropolitaine, les périodes de canicule sont le plus souvent observées entre le 15 juillet et le 15 août mais pas seulement. Nous avons constaté ces dernières années des périodes de canicule survenues dès le début du mois de juin.


Le saviez-vous ? Le terme canicule date des années 1500. Il est la traduction du mot italien « canicula » ou « petite chienne ». Cette appellation a été donnée en rapport à Sirius, petite étoile brillante de la constellation du Grand Chien levée avant le soleil en période de fortes chaleurs.

Les effets de la canicule sur la santé

Plus encore que les grands froids, les périodes de canicule ont un fort impact sur la santé des personnes fragiles. Les fortes chaleur sont en effet source de déshydratation et sont responsables de l’aggravation de maladies déjà existantes. Après 2003 et la canicule exceptionnelle qui s’est abattue sur la France, « un plan canicule » a été mis en place pour réduire les impacts des fortes chaleurs.


En cas de canicule, chacun et plus encore les personnes à risque sont expressément invitées à s’hydrater et à se rafraîchir tout au long de la journée. Les enfants, les seniors et les personnes malades sont les plus visées par les mesures sanitaires établies. Sur le site internet du gouvernement chacun peut trouver de précieux conseils pour traverser ces périodes allant de quelques jours à quelques semaines le mieux possible.

Densification urbaine et canicule : un cercle vicieux

Plus les années passent, plus les villes se développent, grignotant les environs en lieu et place des petites villes et des villages. Les modèles les plus parlants de densification restent Paris, Marseille ou encore Lyon qui ont repoussé leurs limites. Mais cette urbanisation intensive a ses travers. Parmi eux, des périodes de fortes chaleurs et de canicule beaucoup plus importantes et plus fréquentes.

Forte concentration de population en centre-ville

Les centres-villes sont de plus en plus peuplés, de plus en plus bétonnés, alors même que les canicules se répètent désormais chaque année ou presque. Depuis les années 2000, la question se fait plus pressante : comment conserver la fraîcheur en cœur de ville ? Et il est une donnée révélatrice : la capitale française affiche un centre très dense avec 40 000 habitants au km² dans les zones les plus denses et 21 000 habitants au km² en moyenne. Londres qui est plus étendu et moins dense en termes de population n’atteint jamais ou très rarement les températures observées au centre de Paris.


Le constat est évident : plus les villes sont densément peuplées, plus les chaleurs sont élevées en été.

Les atouts de la ville pour éviter la canicule

Sans grande surprise, certains éléments favorisent la diminution des températures en centre-ville. Plus il y a de forêts, de grands parcs verdoyants, de bois… moins les températures sont élevées. Les banlieues plus arborées sont également beaucoup plus fraîches que les zones urbaines centrales.


Ces éléments permettent de réduire considérablement la formation des îlots de chaleur. Ces zones dans lesquelles la chaleur affole les thermomètres sont le fait de l’accumulation du béton, du bitume, des constructions et à l’absence de zones vertes. Les matériaux précités absorbent la chaleur et la restituent à la nuit tombée, rendant le refroidissement nocturne difficile voire impossible.


La densification excessive majore le phénomène puisque la chaleur se retrouve prisonnière des murs.


L’enjeu consiste donc aujourd’hui à créer des zones de fraîcheur, des couloirs pour éviter les îlots de chaleur.

Comment lutter contre les îlots de chaleur ?

Conscientes du problème, les grandes villes mettent aujourd’hui différentes solutions en œuvre pour réduire les îlots de chaleur et leur impact. Par quels moyens ?

  • Favoriser la nature et l’eau dans les différents projets d’aménagement urbains.
  • Mettre en place une meilleure optimisation spatiale des zones urbaines.
  • Limiter la densification des cœurs de ville.

 

Plus largement, c’est vers un urbanisme durable que se tourne la ville de demain. Elle réduit les surfaces minéralisées au profit du végétal en intégrant des stationnements végétalisés, des toitures végétales, des espaces verts… L’eau est mise à l’honneur dans les conceptions paysagères via des plans d’eau par exemple… la chaleur produite par l’homme est réduite en favorisant par exemple les transports en commun doux et durables. L’architecture des bâtiments est également étudiée dans le choix des matériaux, des couleurs, dans la végétalisation du bâti… Un seul objectif : permettre à la ville de respirer et de perdre quelques degrés en périodes de fortes chaleurs.


Avez-vous connaissance de solutions efficaces pour mieux vivre la canicule dans votre ville ?

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers