Sécheresse : des toits en entonnoir en guise de climatisation en Iran

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Confortablement installés dans nos bureaux climatisés, la sécheresse et les chaleurs étouffantes sont, souvent, pour nous, une idée très éloignée. Mais dans certains pays, comme l’Iran et ses 40 degrés l’été, l’atmosphère devient rapidement irrespirable. Pour rendre le quotidien des écoliers plus supportable, des architectes ont conçu un système de toits en entonnoir, afin de remplacer la climatisation et son importante empreinte carbone. Une découverte prometteuse en réponse à une problématique majeure de la région !

Une climatisation 100% écolo


La province de Kerman, en Iran, avait besoin d’une nouvelle école. La localité a donc fait appel aux architectes du cabinet BMDesign qui se sont penchés sur un problème de taille : les températures très élevées qui avoisinent très souvent les 40 degrés. Autant dire qu’il n’est facile d’étudier dans ces conditions.
Après réflexion et analyse, les architectes ont eu l’idée de créer des toits en forme d’entonnoir, un Concave Roof, qui permettent de retenir l’eau de pluie sans la laisser s’évaporer tout en favorisant la climatisation naturelle de l’édifice.

Comment ça marche ?


Le principe est simple à comprendre : plusieurs vasques sont intégrées sur le toit. Elles fonctionnent ensuite à la manière d’un entonnoir, permettant ainsi de stocker l’eau de pluie. L’architecte en charge du projet a expliqué que « même la plus petite quantité de pluie ruisselle et peut former des plus grosses gouttes, qui sont récoltées avant qu’elles ne s’évaporent ».


Un réservoir d’eau de pluie est présent dans les murs du bâtiment et permet donc de la stocker. Un moyen naturel et très astucieux de refroidir la température à l’intérieur des salles de classe. Cet équipement vient remplacer, en grande partie, la climatisation, « indispensable dans une environnement aussi sec ».


Au total, un toit entonnoir de 923 m² permettrait de récolter 28 mètres cubes d’eau par année, soit l’équivalent d’une petite piscine. Autre atout de ce toit, l’ombre projetée grâce à sa forme arrondie. Les pièces situées en dessous sont donc protégées des rayons du soleil direct.

Plus besoin de climatisation pour se rafraîchir


Le cabinet d’architecte ne s’est pas arrêté là pour réduire la nécessité d’installer une climatisation. Des « tours attrape-vent » ont en effet été intégrées à la construction. Elles permettent de détourner le vent pour le conduire dans le bâtiment. Toutes les pièces profitent ainsi de ce dispositif de climatisation 100% écolo, inspiré de l’architecture perse.


La problématique de la sécheresse en Iran


L’ingéniosité des architectes nous ferait presque oublier la sécheresse qui pèse sur la région de Kerman. Année après année, le lac d’Ourmia s’assèche, engendrant de vrais problèmes d’aridité. Il s’agit en effet de l’une des réserves d’eau les plus importantes du Moyen-Orient. À cause de ce phénomène, ce sont des centaines et des centaines d’agriculteurs qui se retrouvent sans travail. Plus encore, la ville a obligation de contrôler les rations d’eau potable. Les architectes concepteurs des toits en entonnoir l’affirment, la province est « sur le point d’assister à un grand déplacement de personnes ». Ils essayent donc d’œuvrer, à leur échelle, pour limiter l’impact de la chaleur et de la sécheresse sur la population.

 

Source image : Positivr.fr

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers