Utilisation des énergies renouvelables : la France est en retard

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

En 2009, la France a pris un engagement devant la Commission européenne : assurer 23% de ses besoins énergétiques grâce aux énergies renouvelables. Mais en 2016, lorsque l’on fait le bilan, le pays semble incapable de tenir ses promesses s’il continue sur sa lancée…

Énergies renouvelables : un bilan « insuffisant »


14,9% de la consommation finale d’énergie ont été produits grâce aux énergies renouvelables en 2015 en France. Il est ainsi fait référence au chauffage, à l’électricité mais également aux transports. Un pourcentage jugé « insuffisant » par le Commissariat général au développement durable (CGDD). « Insuffisant » au regard des obligations assignées par la Directive européenne à la France en date du 23 avril 2009. D’ici à 2020, le pays devra être en mesure de produire 23% de ses besoins grâce aux énergies renouvelables, dont 10% à destination des transports.


L’importance des énergies renouvelables a progressé de 5,7 points en 10 ans. Entre 2016 et 2020, elle devra augmenter de 8,1% pour atteindre les objectifs fixés par le plan national en faveur des énergies renouvelables.

La France doit redoubler d’efforts


En 2015, la France avait atteint 63% de son objectif. Pour schématiser, le pays a réalisé 22,7 millions de TEP d’énergies renouvelables en 2015. Pour être sur la bonne trajectoire, 27,4 millions auraient été nécessaires.


En fonction des secteurs, les objectifs fixés sont différents. Ainsi :


• 18,9% de la consommation électrique ont été produits par les énergies renouvelables en 2015. L’objectif du secteur est de 27%.
• 18,8% des besoins en chauffage et refroidissement ont été produits par les énergies renouvelables en 2015. L’objectif du secteur est de 33%.
• En matière de transports, la France va dans la bonne direction. C’est le seul secteur qui est en accord avec les objectifs. Ces bons résultats sont le fait de l’utilisation des biocarburants. Leur utilisation entre 2005 et 2015 a grimpé à 2,4 millions de TEP (tonnes-équivalent-pétrole). Mais la question se pose aujourd’hui quant à l’usage des produits alimentaires pour la production de biocarburants. Blé, betterave ou encore maïs sont-ils vraiment destinés à faire rouler, voler ou flotter nos moyens de transports ?

La loi sur la transition énergétique et les énergies renouvelables


La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte porte elle un objectif encore plus ambitieux : produire 32% de la consommation totale en énergie du pays grâce aux énergies renouvelables d’ici à 2030. En détails, elles devront représenter 40% de la production électrique, 38% de la production de chaleur, 15% de la consommation de carburant, 10% de la consommation du gaz. L’objectif global est porté à 50% en 2020 pour les outre-mer et à l’autonomie énergétique en 2030.

Les actions mises en place


Pour atteindre ces ambitieux objectifs, plusieurs actions et dispositifs ont été pensés et mis en place, tels que :


• La généralisation de l’expérimentation du permis unique en matière d’éolien et de méthanisation. Le processus est opérationnel depuis plus d’un an (1er novembre 2015).
• La simplification du cadre réglementaire des énergies renouvelables en mer (décret du 10 janvier 2016).
• Un appel à projets pour le financement des investissements d’avenir dans le but de développer des fermes pilotes d’éolien flottant.
• La simplification des procédures appliquées et applicables à la géothermie de faible profondeur
• …


Procédures et actions seront renforcées et développées dans les années à venir pour se rapprocher des objectifs fixés en matière d’énergies renouvelables.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers