Immobilier neuf : mode d’emploi pour la réception des parties communes

Mis à jour le 0 Guides / Conseils
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Si vous avez, ou allez, acheter un bien immobilier neuf sur plan, il y a de grandes chances que vos préoccupations soient tournées uniquement vers les parties privatives, vers votre futur logement. Et pourtant, un tour détaillé des parties communes lors de la réception s’impose. On vous explique pourquoi et en quoi le syndic provisoire joue un rôle déterminant.

Achat immobilier neuf : pourquoi vérifier les parties communes ?


La réception des parties communes est trop souvent perçue par les acheteurs d’un bien en VEFA (Vente en État Futur d’Achèvement) comme peu importante. Pourtant, au même titre qu’un logement neuf, elles sont à observer de près. Les copropriétaires sont donc invités à analyser les espaces communs et à relever les anomalies. S’il est vrai que la vérification des équipements collectifs est de plus en plus complexe et demande, très souvent, des connaissances juridiques et techniques, certaines anomalies peuvent se révéler même pour les non-experts.

Une nécessaire assemblée générale avant la livraison d’un programme immobilier neuf


Avant même de récupérer les clés de leur bien, les futurs copropriétaires sont conviés par le promoteur et le syndic qu’il a nommé (provisoire) pour une assemblée générale. C’est ce même syndic qui signera l’acte de livraison du programme. Mais attention, cette signature n’est en aucun gage du bon fonctionnement des équipements collectifs de la résidence.


Lors de la livraison des parties communes, il est donc préférable d’être accompagné par un expert (maître d’œuvre, professionnels de la construction…). Faire appel à un maître d’œuvre est en effet l’assurance d’une certaine tranquillité. Sa présence prévient d’éventuels contentieux en ayant recours à la garantie de parfait achèvement.

Le syndic provisoire après la livraison


Une fois les parties communes livrées, le syndic provisoire assure un rôle de mise en service de la résidence. Il a donc la charge de signer les contrats d’eau, de gaz, d’électricité, d’assurance, de maintenance… Il s’occupe également de la gestion du budget de la copropriété et de l’administration du bâti (optimisation des charges surtout).


Il est confortable pour les copropriétaires de se reposer sur le syndic provisoire. Mais les futurs habitants doivent veiller à certains éléments : attention par exemple à la durée des contrats signés entre la copropriété et les prestataires intervenants. Cette durée ne doit pas être supérieure à celle du mandat du syndic provisoire.

 

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers