Changement d’heure : les économies d’énergie sont-elles réelles ?

Mis à jour le 0 Eco-habitat
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Heure d’été, heure d’hiver, chaque année, nous avançons ou reculons nos montres d’une heure. Le weekend dernier, dernier weekend de mars, nous avons donc « perdu » une heure dans la nuit de samedi à dimanche et « gagner » une heure d’ensoleillement en plus. Et vous ne le saviez peut-être pas, mais le changement d’heure a pour vocation de favoriser les économies d’énergie. Réel ou non ?

Le changement d’heure, une mesure adoptée dans de nombreux pays


Le changement d’heure estival consiste simplement à « rajouter » une heure sur le fuseau horaire local. Il concerne une grande majorité des pays de l’hémisphère nord, qui profite ainsi d’une heure de lumière et d’ensoleillement supplémentaire le soir.


La mesure a été appliquée pour la première fois en 1916 par l’Allemagne. La France n’a suivi qu’en 1975, choc pétrolier de 1973 oblige.

Nous changeons d’heure, très bien, mais pour quelle raison au fait ?


Vous l’avez compris, une heure d’ensoleillement dans la journée conduit naturellement à réaliser des économies d’énergie. Inutile en effet d’allumer la lumière pendant une bonne partie de la soirée.  

De réelles économies d’énergie grâce au changement d’heure ?


Depuis 1975, nombreuses sont les études qui se sont attachées à mesurer l’efficacité du changement d’heure sur les consommations énergétiques. On peut aujourd’hui affirmer qu’elles sont de 440 Gigawatt-heure, soit l’équivalent de la consommation sur l’année de 800 000 foyers. Pour l’environnement, la mesure permet de ne pas rejeter 44 000 tonnes de C02 par an, soit un aller-retour dans les airs entre New York et Paris, dans l’atmosphère.


Mais au fil des avancées technologiques et des innovations, le changement d’heure perd de son efficacité en matière d’économie d’énergie. Les lampes basse consommation se sont généralisées, mettant à mal les bénéfices du changement d’heure. Les chercheurs estiment l’économie réalisée à 340 Gigawatt-heure par an en 2030, soit 100 Gigawatt-heure de moins qu’à l’heure actuelle.  


D’autant que d’autres études sont également menées en défaveur de la mesure. Certains médecins tendent à affirmer que ce changement d’heure bi-annuel pourrait avoir des impacts sur le sommeil et donc, sur la santé.


Remis en question depuis son apparition, le changement d’heure est pourtant profondément ancré dans nos habitudes. Mais il ne faut pas oublier qu’il a été mis en place pour des raisons économiques avant tout. Il ne serait donc pas étonnant, que, dans un futur plus ou moins proches, les scientifiques avancent des arguments en sa défaveur, voire, le fassent disparaître de nos calendriers.

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers