L’élection de Donald Trump peut-elle faire basculer le marché immobilier français ?

Mis à jour le 0 Prix de l'immobilier
Icône du temps de lecture
Temps
de lecture

Les Américains ont choisi (pour une partie) leur nouveau président. Et depuis l’élection de Donald Trump, les spéculations vont bon train : le monde va-t-il s’écrouler une fois le 45ème président des États-Unis en place (20 janvier 2017) ? Il faut dire que le contexte politique et économique américain n’est pas sans impact sur le reste du monde et sur la France donc. Ce qui nous intéresse aujourd’hui est de comprendre si oui ou non, Donald Trump a l’immense pouvoir de faire dégringoler notre marché immobilier, grimper nos taux actuellement au plancher, plomber nos transactions…

Les États-Unis, débiteurs et créanciers


Les États-Unis sont aujourd’hui le pays le plus riche du monde et celui qui affiche la dette publique la plus colossale : 20 000 milliards de dollars. Pour faire simple, la mondialisation est le fruit de l’économie de la dette. C’est-à-dire ? Que l’on peut être riche et endetté à la fois, que l’on peut être débiteur et créancier. C’est donc le cas des États-Unis et la tendance ne va pas s’inverser avec l’élection de Donald Trump. Accompagné de son gouvernement, il a en effet promis de donner du travail aux classes moyennes en activant deux leviers : la diminution des impôts et la relance de l’investissement public. En même temps que les Américains retrouveront leur pouvoir d’achat, les recettes fiscales du pays augmenteront tout en voyant le déficit budgétaire diminuer. En contrepartie, le déficit commercial s’amplifiera.


2017 sera une année charnière dans l’économie américaine. Si Donald Trump transforme ses paroles en actes, on verra les impôts baisser et les dépenses publiques augmenter. Aux dires du milliardaire, des milliers de ponts et routes sont par exemple à rénover. Au global, les mesures annoncées représentent une hausse estimée de 5 000 milliards de dollars de la dette américaine.

L’élection de Donald Trump : quelles conséquences sur le marché immobilier français ?

 

En France, 90% des acheteurs font appel à une prêt pour financer leur résidence principale. Et qui dit crédit immobilier, dit taux. Plus le taux est élevé, plus l’emprunt est coûteux sur le long terme. Les taux fixes sont régulés par les OAT (Obligations assimilables du trésor). Le niveau des OAT a donc un fort impact sur le marché immobilier résidentiel. La question est donc : l’élection de Donald Trump peut-elle faire remonter l’OAT ? Il semble que nous ayons déjà une réponse partielle… Alors que le 27 septembre 2016 l’OAT était affiché à 0,1% (et qu’elle restait très basse depuis des mois), elle est passée à 0,83% le 14 novembre, soit quelques jours après l’élection de Donald Trump. Dans les faits, huit semaines environ sont nécessaires pour que l’OAT se répercute sur les taux d’emprunt d’état puis sur les taux de crédit immobilier finaux.

Et qui dit taux de crédit immobilier en hausse…


Si l’OAT poursuit sa hausse sur un an, emprunter coûtera plus cher aux Français. Sachant que le pouvoir d’achat immobilier est largement soumis à la variation des taux, certains particuliers pourraient se retrouver dans l’incapacité de souscrire un emprunt. En effet, une hausse de 10 points de base rend insolvables 100 000 potentiels acquéreurs.

Le marché immobilier français attractif pour les Américains


Spéculations toujours, le marché français pourrait intéresser, à moyen et long terme, les Américains en quête d’une résidence principale ou secondaire. En effet, l’euro subit depuis quelques jours une légère dépréciation en comparaison du dollar. Un facteur intéressant pour les Américains qui souhaitent investir dans la pierre française. Ainsi, le marché immobilier pourrait tirer quelques avantages de ce potentiel afflux d’acheteurs. Reste le problème de la fiscalité qui freine souvent les investisseurs étrangers. Les non-résidents sont à ce jour assujettis à l’ISF sur leurs biens français.

En conclusion, s’il est facile de spéculer sur ce que sera l’avenir du marché immobilier, ne cédons pas à la déraison. Sans augmentation notable, et sur le long terme, de l’OAT et donc, des taux de crédit immobilier, le marché immobilier français devrait continuer à progresser.

 

 

 

Source : www.huffingtonpost.fr/nicolas-tarnaud/prix-immobilier-donald-trump/

TAGS :
Laisser un commentaire
* Champs obligatoires
0 commentaire

Articles associés

Recherche d'un programme neuf

Archives

Téléchargez nos guides immobiliers